Présentation

L’Ambulatoire-Forest est un service ambulatoire reconnu en matière de toxicomanie (S.A.T.) par le Décret « Ambulatoire » de la Commission communautaire française (COCOF). L’Ambulatoire-Forest est donc agréé et subsidié pour proposer un accompagnement psychosocial aux personnes justiciables, incarcérées ou non, qui rencontrent des difficultés liées à la consommation d’alcool, de drogues et/ou de médicaments, ainsi qu’à leur entourage. Ces missions visent une réinsertion psychosociale la plus cohérente possible.

Au vu des synergies entre les approches systémiques et analytiques qui constituent notre clinique, l’institution s’engage à un travail thérapeutique centré autour du patient et de sa famille, en toute confidentialité.

L’accompagnement psychosocial, dans une perspective de réinsertion, entraine des collaborations diverses avec des services et institutions alliant la santé et le social (lieux de cure, centres de postcure résidentiel, services de santé mentale, organismes d’insertion socio-professionnelle, maisons d’accueil, centres de jour, centres public d’action sociale, etc.).

Outre les entretiens réalisés dans nos locaux, l’équipe constituée de psychologues et d’assistants sociaux se rend également dans les prisons bruxelloises (Saint-Gilles, Forest, Berkendael) et la prison d’Ittre. En effet, la mobilité dans les établissements pénitentiaires est l’une des spécificités du service.

Les membres de l’équipe

L’équipe de terrain est constituée de trois assistants sociaux et de trois psychologues.

Direction : Christophe HENRION

Secrétaire : Agnès BROSSET HECKEL

Philosophie

L’Ambulatoire-Forest considère chaque personne comme auteur – acteur de sa demande d’aide envers notre service. La relation qui s’établit tient compte des choix propres à la personne. Néanmoins, l’équipe psychosociale a conscience que cette demande émerge dans le contexte particulier d’une incarcération et qu’elle est souvent associée à une injonction. C’est donc la conjonction de ces deux pôles qui constitue le point de départ d’un travail psychosocial à dimension thérapeutique.

Par le biais d’une écoute active, notre service favorise l’expression d’une demande d’aide personnelle et invite à la reconnaissance du vécu individuel pour aider la personne à se réapproprier son histoire et ses actes.

L’accompagnement psychosocial veille à mobiliser les ressources de la personne et de son environnement. Cet accompagnement est, parfois, la seule possibilité pour le détenu d’expérimenter un lien soutenant dans le contexte de l’univers carcéral.

Au sujet de la relation au produit, l’abstinence complète au(x) produit(s) n’est pas considéré par l’institution comme une fin en soi. Il importe que l’individu puisse trouver son équilibre de vie avec ou sans consommation. Cependant, une réflexion autour de l’abstinence doit toujours intervenir en prenant pleinement conscience des différents facteurs influant sur l’équilibre du patient. Une certaine « tolérance » n

ous parait donc nécessaire en fonction, notamment, de l’étape de la prise en charge du patient, du type de produit, du degré de consommation et surtout, des assises psychiques du bénéficiaire.

Par ailleurs, au niveau institutionnel, nous tenons une réflexion constante concernant la cohérence de l’offre de service face au système pénal dans lequel nous avons pied. D’autre part, en tant que service ambulatoire spécialisé il est essentiel de faire reconnaître notre expertise, datant de plus de vingt ans, et de sensibiliser les acteurs des réseaux social-santé et justice aux réalités auxquelles nous sommes confrontés.

Historique

L’« Ambulatoire du Solbosch » est créé en 1995. Il sera reconnu comme ASBL et financé par la Commission communautaire française en tant que service ambulatoire la même année. Le service émane du Centre d’Accueil et de Traitement du Solbosch (C.A.T.S.) comme …… (missions/travails nous reliant). Cependant, au fur et à mesure du temps, le travail entre nos deux institutions s’effiloche. En 2012, le nom « Ambulatoire-Forest » est reconnu par la COCOF (Agnès/Violeta ?).

Afin d’étoffer l’équipe psychosocial et la fonction de secrétaire, l’association a recouru au financement du Fonds Maribel Social en …… (Agnès B. ?) pour l’engagement d’un assistant social mi-temps et d’une secrétaire mi-temps.

En 2012, l’Ambulatoire-Forest sera reconnu et financée par le SPF Justice « Service Soins de Santé – Prisons » pour un projet pilote de cinq ans qui se nomme « Le Prisme » (ou Point de Contact d’orientation et d’accompagnement pour détenus usagers de drogue – PCOA). Ce service avait pour mission d’informer et orienter les personnes incarcérées. Malheureusement en 2016, malgré une évaluation positive du dispositif, celui-ci n’a plus été reconnu et par conséquent. L’équipe a été dissoute (Agnès ?)

En janvier 2014, l’Ambulatoire-Forest a obtenu un budget supplémentaire par le SPF Santé Publique afin d’engager un travail d’accompagnement dans les trajets de soin pour les personnes sous statut d’internement. Le service « Interalia » s’est constitué et a été adossé à l’institution. Cependant, la volonté politique du SPF Santé Publique était de constituer à terme une équipe mobile unique sur la Cour d’appel de Bruxelles pour les personnes internées. Ce qui a été réalisé fin 2018 puisque le temps de travail alloué à « Interalia » a été transféré à l’équipe mobile unique.